Rechercher

Un traumatisme crânien, qu'est-ce que c'est?



«Le Traumatisme craniocérébral (TCC) est traumatisme causant une destruction ou une dysfonction du système nerveux intracrânien… Pour qu’il y ait traumatisme cranio-cérébral, il faut que le cerveau ait été secoué ou frappé directement et que les cellules cérébrales ou neurones et leurs prolongements (axones) aient été endommagés… Le traumatisme craniocérébral provoque généralement un changement soudain de l’état de conscience dont la gravité et la durée sont variables (changement qui peut aller d’une confusion minime à un coma profond). » (Définition issue de la Société de l’Assurance Automobile du Québec)


Il existe plusieurs niveaux de traumatisme crânien soit : léger, modéré et sévère. La gravité du TCC sera considérée en fonction de l’énergie cinétique qui aura été déployée au cerveau et qui provoquera un choc au cerveau. Suite à un impact, tout dépendant de l’intensité de l’impact, il peut y avoir une altération de l’état de conscience, par exemple, une perte de conscience et des confusions ressemblant à de l’amnésie. Dans les cas les plus graves où le cerveau aurait été secoué, des symptômes liés à une atteinte neurologique comme des convulsions peuvent survenir. De façon plus concrète, les effets de l’impact d’un transfert d’énergie cinétique au cerveau sont nombreux, entre autres, nous pouvons remarquer une ischémie au niveau du cerveau, une inflammation des tissus, une réaction immunologique, une apoptose (processus où les cellules engendrent leur autodestruction à la réponse d’un signal), des perturbations neurobiochimiques ou encore une modification au niveau de la perméabilité des membranes cellulaires (dont la barrière hémato-encéphalique)[1].


L’évaluation clinique d’un traumatisme est illustrée dans le tableau qui suit, permettant de mieux comprendre comment juger du niveau de traumatisme atteint. En nous référant à ce tableau, avant de sortir des conclusions satisfaisantes d’un cas de traumatisme il faut avant tout avoir passé des tests comme l’imagerie cérébrale et un examen neurologique. C’est pourquoi suite à un impact sérieux à la tête, il est important d’aller consulter un spécialiste afin de prévenir tout signe de TCC. Des traumatismes mal diagnostiqués et n’ayant pas eu le suivi nécessaire peuvent amplifier les effets secondaires à long terme.


RÉFÉRENCES

[1] Guylaine Gobeil, conseillère en soins infirmiers, et Serge Bergeron, MD. 2012. Le traumatisme crânien cérébral léger. Modèle de prise en charge dans la région du Saguenay Lac St-Jean, CSSS de Chicoutimi.

Société de l’Assurance Automobile du Québec

Pour nous joindre

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle
  • LinkedIn - White Circle

Tous droits réservés © Centre Athlétique DVi